Sopra HR Software, filiale de Sopra Steria : en route pour le bulletin de paie clarifié

Paris, le 14 avril  2016

Dans le cadre du choc de simplification lancé par l’État français en 2014, une réforme vient d’être initiée après la publication du décret le 25 février 2016 définissant les conditions de généralisation d’un bulletin de paie plus lisible qu’actuellement. Une dizaine d’entreprises pilotes, dont Sopra Steria, par sa filiale Sopra HR Software, se sont engagées à mettre ce format « clarifié » en place au cours du premier semestre 2016 pour leurs collaborateurs.

Cet engagement intéresse Sopra HR Software  à plusieurs titres : en tant qu’éditeur et prestataire de services de Ressources Humaines afin de faire bénéficier ses clients à la fois de son retour d’expérience et des éléments techniques déjà développés mais également en tant qu’entreprise future bénéficiaire, « entité pilote » pour tout le groupe Sopra Steria (17 600 collaborateurs en France). « Il est très intéressant d’être en avance de phase pour satisfaire l’obligation légale, les attentes de nos clients et simplifier le document pour nos collaborateurs.  Ces derniers recevront dès le mois de mai leur premier bulletin clarifié, » commente Randa Hadjar, Directrice des Ressources Humaines de Sopra HR Software. 

Le bulletin de paie sera plus court ; les libellés, l’ordre et le regroupement de certaines des informations devant figurer sur les nouveaux modèles –à la fois pour les cadres et les non-cadres- ont été définis. Ainsi, les lignes de cotisations sociales seront regroupées par risque couvert, les autres contributions relevant de l’employeur seront rassemblées sur une seule ligne. Le bulletin doit aussi indiquer la somme du salaire brut, le total des cotisations et contributions de l’employeur, le montant total versé par l’employeur et le montant global de certains allégements financés par l’État. Ainsi, le nouveau bulletin valorisera le coût du travail auprès des salariés.  

Les entreprises pilotes fourniront au gouvernement un rapport fin août pour présenter leur retour d’expérience après cette phase d’expérimentation. Un bilan sera réalisé par les ministres chargés du travail et de la Sécurité Sociale, afin d’avoir de la visibilité avant une mise en œuvre généralisée auprès des entreprises de plus de 300 salariés le 1er janvier 2017.